L’affaire de l’héritage qui pourrait démanteler une dynastie d’artistes

24 août 2023
Posted in Presse
24 août 2023 adminCDBeghi25

Le combat juridique d’une veuve contre la famille française Wildenstein a mis en péril leur célèbre collection et révélé les dessous du marché mondial de l’art.

"Il y a vingt ans, une séduisante veuve blonde platine arrive en larmes au cabinet d’avocats parisien de Claude Dumont Beghi…"

Sylvia Roth Wildenstein et Daniel Wildenstein en 2001

Sylvia Roth Wildenstein et Daniel Wildenstein en 2001. Location de puces/Gamma-Rapho, via Getty Images.

Il y a vingt ans, une séduisante veuve blonde platine arrive en larmes au cabinet d’avocats parisien de Claude Dumont Beghi. Quelqu’un essayait de lui enlever ses chevaux – ses « bébés » – et elle avait besoin d’un avocat pour l’en empêcher.

Elle explique que son défunt mari était éleveur de pur-sang. Le couple est familier des hippodromes de Chantilly et de Paris : Daniel Wildenstein, en costume gris avec une canne dans les tribunes, et Sylvia Roth Wildenstein, ancien mannequin, une cigarette aux lèvres. Ils se sont rencontrés pour la première fois en 1964, alors qu’elle défilait à Paris et qu’il se morfondait dans un mariage de convenance avec une femme issue d’une autre riche famille juive de collectionneurs d’art. Daniel, de 16 ans l’aîné de Sylvia, avait déjà deux fils adultes lorsqu’ils se sont rencontrés, et il ne voulait pas d’autres enfants. Pendant les 40 années qu’ils ont passées ensemble, Sylvia s’est donc occupée des chevaux comme s’ils étaient les enfants qu’elle n’avait jamais eus. Lorsque Daniel est décédé d’un cancer en 2001, il lui a laissé une petite écurie.

Un matin, environ un an plus tard, le téléphone de Sylvia a sonné. C’était son entraîneur de chevaux qui l’appelait pour lui dire qu’il avait remarqué quelque chose d’étrange dans le journal local des courses, Paris Turf : Les résultats de l’écurie de Sylvia ne figuraient plus sous son nom. Dans son livre « Les Wildenstein » paru en 2013, la journaliste française Magali Serre raconte la scène avec force détails : Sylvia a couru chercher son exemplaire et a feuilleté la page. Bien sûr, l’écurie de « Madame Wildenstein » avait été remplacée par « Dayton Limited », une société irlandaise appartenant à ses beaux-fils. C’est alors qu’elle appelle Dumont Beghi.

À la surprise de l’avocat, Sylvia s’est présentée à leur rendez-vous sans aucune preuve de propriété des chevaux et sans aucune information sur la succession de son défunt mari. « Elle n’avait aucun document », explique Mme Dumont Beghi. Sylvia a mentionné qu’elle avait signé des documents peu après la mort de son mari, mais elle ne savait pas ce qu’ils contenaient et n’en avait pas non plus de copie. « J’ai mis cela dans un coin de ma tête », dit Dumont Beghi.

Pourquoi une veuve drapée de diamants et de fourrures n’aurait-elle aucun document provenant de la succession de son riche mari ? Dumont Beghi a le sentiment qu’il ne s’agit pas seulement d’une dispute au sujet des chevaux. Elle a néanmoins annoncé la bonne nouvelle à Sylvia : elle pouvait simplement refuser de transférer les chevaux à ses beaux-fils. Dumont Beghi a envoyé une lettre, interrompant la transaction.

Dumont Beghi se souvient d’un lien de parenté presque instantané avec Sylvia, qui a découvert qu’elles étaient toutes deux des Scorpions et qu’elles vivaient dans le même complexe d’immeubles dans le huppé 16e arrondissement. Après que Dumont Beghi a sauvé ses chevaux, Sylvia lui fait entièrement confiance et commence à lui expliquer la complexité de la situation. Daniel est tombé dans le coma pendant 10 jours avant de mourir, et pendant qu’il était dans le coma, ses fils, Alec et Guy, se sont présentés à l’hôpital avec des avocats de Suisse, des Etats-Unis et de France. Elle raconte comment, quelques semaines après les funérailles, son chauffeur l’a emmenée dans l’hôtel particulier du XVIIIe siècle de la famille, qui abritait un centre de recherche artistique, le Wildenstein Institute. Ses beaux-fils lui ont dit qu’elle devait entendre quelque chose d’important. Ils ont examiné la succession de leur père et ont découvert qu’il était mort dans un état de ruine financière. En tant que plus proche parent, Sylvia était sur le point d’hériter de dettes si importantes qu’elles allaient la ruiner elle aussi.

Claude Dumont Beghi

Claude Dumont Beghi

Sylvia était stupéfaite. Elle n’avait jamais entendu parler de problèmes d’argent de la part de son mari. Pendant 40 ans, elle a vécu avec des chefs et des chauffeurs, dans au moins cinq maisons sur trois continents. Mais que savait-elle ? Elle n’a jamais signé les chèques. Daniel, intellectuel et rigide, dirigeait l’entreprise, tandis que Sylvia, légère et joyeuse, jouait le rôle de nounou dans la famille. On sait qu’elle adore les six enfants d’Alec et de Guy, qu’elle considère comme ses petits-enfants. Elle faisait entièrement confiance à ses beaux-fils et lorsqu’ils lui ont dit qu’elle devait renoncer immédiatement à son héritage sous peine de « catastrophe », elle n’a pas bronché. « J’ai signé tous les papiers qu’ils m’ont présentés. J’ai signé, signé, signé » – même ceux écrits en japonais, dira-t-elle plus tard à Serre. Ils ont promis de s’occuper d’elle financièrement et ont même offert de lui verser 30 000 euros par mois de leur poche. Sylvia est reconnaissante.

Mais au cours des mois suivants, la réalité de ce qu’elle avait fait s’est imposée. Sylvia a raconté à Dumont Beghi comment des déménageurs sont venus dans son appartement et ont décroché du mur un tableau de Pierre Bonnard qu’elle aimait tant. Ils sont ensuite revenus chercher les meubles, car, lui a-t-on dit, ils appartenaient à l’entreprise de son mari, désormais dirigée par ses fils. Elle a reçu une lettre l’informant que les 69 pur-sang de Daniel appartenaient désormais à l’écurie de Guy et Alec. Son personnel de maison n’est plus payé. Bientôt, ses beaux-fils lui annoncent qu’elle doit quitter sa maison de l’avenue Montaigne pour s’installer dans un autre appartement. (Alec est décédé en 2008 ; Guy a décliné une demande d’interview, bien qu’un représentant ait répondu à certaines questions posées par le Times).

Elle a cessé de recevoir des invitations pour célébrer les fêtes et les anniversaires dans le ranch familial au Kenya ou dans leur château en France. Guy a renvoyé ses vêtements et ses affaires des îles Vierges britanniques, où elle avait passé des années de vacances avec Daniel, leur chef cuisinier et leur pâtissier. Au fur et à mesure que Sylvia parlait, deux choses devenaient de plus en plus évidentes pour Dumont Beghi : d’une part, Sylvia avait renoncé à son héritage, d’autre part, elle n’avait aucune liberté. Elle n’avait aucune liberté », dit-elle, et « aucune preuve ». Pas l’ombre d’une preuve ». Pas de compte en banque, pas de revenus, pas d’indépendance. C’est comme si « elle était morte en même temps que son mari », dit Dumont Beghi.

L’autre chose qui l’a frappée, c’est que les Wildenstein n’étaient pas seulement riches

« Lorsqu’elle est venue me voir pour la première fois, je ne savais rien de cette famille », m’a dit Mme Dumont Beghi lorsque je lui ai rendu visite l’hiver dernier dans son bureau à Paris. À ma gauche, un buste en bronze d’une panthère se dressait sur un piédestal à hauteur d’yeux. Derrière son bureau en verre était accrochée une gravure d’un léopard rôdant dans un arbre. Mme Dumont Beghi est également l’avocate personnelle du président gabonais Ali Bongo Ondimba, largement considéré comme un homme fort, et elle se décrit souvent comme une femme guerrière solitaire dans une jungle d’adversaires masculins. Elle n’avait jamais entendu parler de la dynastie des marchands d’art Wildenstein. En fait, en dehors des niches d’élite du monde de l’art, rares sont ceux qui en ont entendu parler, et c’est ce que Daniel voulait. Dumont Beghi est sur le point de découvrir pourquoi.

Daniel Wildenstein avec ses fils, Guy (au centre) et Alec, en 1999.

Daniel Wildenstein avec ses fils, Guy (au centre) et Alec, en 1999. Helmut Newton, via la Fondation Helmut Newton/Trunk Archive

Elle a d’abord dressé une liste des actifs connus, qui s’est rapidement transformée en un tableau de comptes bancaires, de trusts et de sociétés écrans très éloignés les uns des autres. Pendant plusieurs années, elle a fait le tour du monde des paradis fiscaux et des ports francs pour ouvrir les coffres-forts blindés et les comptes anonymes qui masquent la plupart des transactions haut de gamme sur le marché mondial de l’art, d’une valeur de 68 milliards de dollars. Des tableaux d’une valeur de plusieurs millions de dollars peuvent être échangés anonymement sans qu’il soit nécessaire de fournir les titres ou les actes requis pour les transactions immobilières ou les informations publiques exigées à Wall Street. Elle apprendrait que l’impénétrabilité de ce commerce en a fait l’une des principales voies d’accès pour les oligarques qui échappent aux sanctions et autres milliardaires qui cherchent à blanchir leurs capitaux excédentaires. Les Wildenstein n’étaient pas seulement les maîtres de ce système, ils en étaient les pionniers.

En 150 ans, la famille a amassé une collection d’art estimée à plusieurs milliards en achetant discrètement des tonnes de chefs-d’œuvre européens qui auraient leur place au Louvre ou au Vatican, en conservant leurs stocks pendant des générations et en ne révélant jamais ce qu’ils possèdent. Lorsque Sylvia a réalisé l’ampleur de la tromperie de ses beaux-fils, elle a consacré le reste de sa vie à démêler les machinations financières de la famille, et a même laissé un testament demandant à Dumont Beghi de poursuivre son combat d’outre-tombe.

Sylvia et son avocat n’ont jamais pu obtenir le règlement qu’ils pensaient mériter de son vivant. Dès le début, en 2004, un juge a rejeté la tentative de Dumont Beghi d’annuler la renonciation de Sylvia à l’héritage ; quelques années plus tard, un tribunal a rejeté une demande ultérieure selon laquelle elle avait droit à 450 millions d’euros d’œuvres d’art et de biens, un chiffre que le juge a qualifié de « pharaonique ». Le représentant de Guy note qu’au début, Sylvia s’est vu attribuer environ 15 millions d’euros, sur la base de la valeur du patrimoine français de Daniel. « Dumont Beghi a continué à plaider pendant plusieurs années, cherchant à faire inclure dans la succession certains trusts constitués par Daniel Wildenstein », explique le représentant. « Au cours de ce litige prolongé, Dumont Beghi a fait de nombreuses allégations non fondées, mais le tribunal a finalement statué contre son client. »

Aujourd’hui, plus de dix ans après la mort de Sylvia, leurs efforts ont conduit les Wildenstein devant la plus haute juridiction française. Les preuves qu’elle et Dumont Beghi ont apportées ont persuadé les procureurs que les Wildenstein sont une entreprise criminelle, responsable de la mise en œuvre, comme l’a dit un jour un procureur de l’État, de « la fraude fiscale la plus longue et la plus sophistiquée » de l’histoire moderne de la France.

« Nu se lavant les pieds dans une baignoire », de Pierre Bonnard, 1924

« Nu se lavant les pieds dans une baignoire », de Pierre Bonnard, 1924

Le procès qui se tiendra en septembre déterminera si la famille et ses associés doivent s’acquitter d’une facture fiscale gargantuesque. La dernière fois que les procureurs ont poursuivi les Wildenstein, il y a plusieurs années, ils ont réclamé 866 millions d’euros, soit 616 millions d’euros d’arriérés d’impôts et une amende de 250 millions d’euros, ainsi qu’une peine d’emprisonnement pour Guy. Les conséquences pourraient faire plus que renverser l’empire artistique de la famille. L’affaire a donné un aperçu inhabituel de la manière dont les grandes fortunes utilisent le marché de l’art pour échapper à l’impôt, et parfois pire. Les agents qui ont perquisitionné les coffres des Wildenstein ont retrouvé des œuvres d’art portées disparues depuis longtemps, ce qui a alimenté les spéculations selon lesquelles la famille aurait possédé des œuvres d’art volées ou pillées par les nazis, et a déclenché un certain nombre d’autres procès contre la famille au cours des dernières années. Les distorsions financières ont permis à la famille d’économiser des centaines de millions de dollars, selon les procureurs, mais le traitement qu’elle a réservé à Sylvia pourrait lui coûter bien plus cher, et peut-être conduire à l’effondrement de sa dynastie.

Pour prouver qu’Alec et Guy ont trompé Sylvia sur la succession de son mari, Dumont Beghi doit d’abord connaître les biens qu’ils ont déclarés. Mais comme Sylvia avait renoncé à son héritage, elle n’avait même pas le droit d’obtenir ces informations. « Tous les actes, tous les relevés bancaires, tous les éléments d’inventaire de la succession et tous les documents relatifs à la succession de Daniel Wildenstein sont entre les mains de Guy et d’Alec », affirme Dumont Beghi, et ils n’avaient pas l’intention de les transmettre.

La première démarche de Dumont Beghi a donc été de demander à un tribunal d’annuler l’accord que Sylvia avait signé en renonçant à son héritage. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle pourra avoir accès aux informations relatives à la succession de Daniel. Heureusement, elle dispose d’un précédent convaincant à présenter au juge. Sylvia n’est pas la première épouse que les Wildenstein tentent d’écarter en plaidant la pauvreté : Jocelyne Wildenstein, la première épouse d’Alec, a été écartée de la même manière de la fortune familiale lors de son divorce en 1999, Alec prétendant qu’elle était une assistante personnelle non rémunérée de son père. Des documents révélés au tribunal de New York, où le couple vivait principalement, évaluent la collection d’art de la famille à environ 10 milliards de dollars. Le juge chargé de l’affaire a déclaré que les revenus d’Alec « insultaient l’intelligence du tribunal » ; il a accepté un accord pour un montant de 3,8 milliards de dollars, ce qui constituerait le plus important accord de divorce de l’histoire de New York. (Jocelyne nie que le règlement ait été de 3,8 milliards de dollars, mais elle a admis qu’il était « énorme »).

Dumont Beghi a fait valoir que si la famille valait des milliards à l’époque, il y avait des raisons de douter que Daniel, qui avait orchestré l’accord entre Alec et Jocelyne, soit mort ruiné deux ans plus tard. Le tribunal français ordonne à Guy et Alec de lui remettre la déclaration de patrimoine de Daniel. Il s’agit de quelques propriétés en France, de quelques voitures, de tableaux et de comptes bancaires, pour un total de 42 millions d’euros. Dumont Beghi ne croit pas que ce chiffre soit proche de la valeur réelle de la succession, mais « ce n’est pas rien, pour quelqu’un qui est mort ruiné ». Et cela prouve, conclut Dumont Beghi, que Sylvia a renoncé à son héritage sous de faux prétextes.

La prochaine étape pour Dumont Beghi est de mettre la main sur le dossier médical de Daniel. Elle apprend qu’il a passé ses derniers jours dans un coma végétatif sans réaction – et qu’il a pourtant apparemment signé un contrat de vente de ses 69 pur-sang (dont celui de Sylvia) à ses fils pour un prix dérisoire. En 2005, un tribunal a accédé à la demande de Sylvia d’annuler sa renonciation. Ce n’était que le début de ce que Dumont Beghi a appelé sa « chasse au trésor » internationale, à la recherche de tous les chefs-d’œuvre cachés, de tous les biens non déclarés et de tous les comptes offshore oubliés dans la succession de Daniel.

Elle a ensuite cherché à localiser le nu de Bonnard cher à Sylvia, un cadeau de Daniel que ses fils avaient enlevé de son mur. Dumont Beghi savait qu’il était inclus dans un trust que Daniel avait constitué pour sa femme aux Bahamas, mais lorsqu’elle a demandé au trustee des informations sur le contenu, la gestion et les règles du trust, elle n’a reçu aucune réponse.

Dumont Beghi a décidé de faire ses propres recherches sur la collection de Bonnard de Daniel. Elle apprend dans les mémoires de ce dernier, « Marchands d’Art », publiées deux ans avant sa mort, qu’il considérait leur acquisition comme « le plus grand coup » de sa vie. À sa mort en 1947, Bonnard a laissé derrière lui une énorme succession de quelque 700 peintures et de milliers de dessins. Daniel apprend que l’ensemble est destiné à trois belles-nièces de l’artiste, dont il est séparé, et cela lui donne une idée. Il a contacté un autre parent de Bonnard qui, selon lui, pouvait également prétendre à la succession et lui a dit qu’il lui paierait un million de dollars pour acheter ses droits d’héritage. Il a ensuite armé l’homme d’un « bataillon » d’avocats pour qu’il se batte en son nom.

Après plus de dix ans de procès, Daniel est reparti avec près de 500 tableaux ; les nièces n’en ont gardé que 25 (Daniel leur en a promis d’autres pour éviter tout autre litige). (Dans ses mémoires, Daniel a révélé qu’il possédait encore 180 tableaux de Bonnard – et pas n’importe lesquels, mais « les plus beaux. Les plus magnifiques ». Il ajoutait que les grands Bonnard valaient entre 5 et 7 millions de dollars chacun. (Aujourd’hui, ils peuvent se vendre deux fois plus cher).

Dumont Beghi s’envole pour les Bahamas afin de découvrir les autres tableaux de l’artiste que Daniel a pu laisser à Sylvia. Elle a reçu une ordonnance du tribunal pour ouvrir le trust et a découvert que Daniel avait légué pas moins de 19 Bonnard à sa cliente. Bien que le trust se trouve théoriquement aux Bahamas, les Bonnard sont conservés au port franc de Genève, un complexe carcéral d’installations de stockage de haute sécurité qui contiendrait plus d’œuvres d’art que le Louvre.

Indépendants de toute juridiction nationale, les ports francs permettent aux commerçants d’expédier et de stocker des biens sans payer de taxes ou de droits de douane. Si un marchand achète un tableau dans un pays, il peut l’expédier dans un port franc sans payer de taxes à l’importation ; puis, lorsqu’il se voit offrir le bon prix, il peut le vendre là aussi, sans payer de plus-value. On estime à 100 milliards de dollars la valeur des objets d’art et de collection détenus dans le seul port franc de Genève, sans parler de ceux qui se trouvent à Zurich, au Luxembourg, à Singapour, à Monaco, au Delaware ou à Pékin.

Dumont Beghi s’est rendu au port franc de Genève, grand comme 22 terrains de football, en compagnie d’un évaluateur pour examiner les Bonnard en personne. Bonnard, c’est « la lumière », a écrit Daniel à propos de son artiste préféré, connu surtout pour son utilisation radieuse de la couleur. Mais lorsque Dumont Beghi est descendue deux étages plus bas dans le bunker lugubre, elle a trouvé les tableaux enfermés derrière une porte blindée, y compris le « Nu rose dans le bain » de Sylvia, dont la chaude lueur s’est éteinte dans l’obscurité.

Une connaissance du monde de l’art a expliqué à Dumont Beghi que des centaines, voire des milliers d’œuvres de Wildenstein sont conservées dans des musées, mais que les étiquettes indiquent souvent que leur propriétaire est simplement une « collection privée ». Elle a donc écrit aux principaux musées – le Louvre, l’Ermitage, le Prado – pour leur demander si Daniel Wildenstein leur avait déjà prêté ou donné des œuvres. Étonnamment, dit-elle, quelques-uns lui ont répondu. La National Gallery de Londres lui a dit que Daniel lui avait prêté de précieuses peintures de Poussin et de Boucher. Le Prado a récemment acheté un portrait de Velázquez à Wildenstein & Co Inc. pour 23 millions d’euros.

Puis Dumont Beghi a fait l’arrêt peut-être le plus important de sa tournée : le Metropolitan Museum of Art, où elle s’est trouvée devant un tableau qu’elle aimait, le chef-d’œuvre tardif du Caravage « Le Joueur de luth », étiqueté comme étant prêté par une « collection privée ». Elle consulte les archives du département d’État de New York pour savoir si Wildenstein & Co. a déjà emprunté de l’argent en utilisant des œuvres de sa collection comme garantie. Des dizaines de noms ont été répertoriés : Cézanne, David, Degas, Manet, Monet, Matisse, Rembrandt, Picasso et Rodin, entre autres. Et puis, il y a eu ce tableau : « Le joueur de luth », évalué à plus de 100 millions de dollars.

S’inscrire à la newsletter du New York Times Magazine Le meilleur du New York Times Magazine livré dans votre boîte de réception chaque semaine, y compris des articles de fond exclusifs, des photographies, des chroniques et plus encore.

C’est à ce moment-là qu’elle s’est rendu compte que l’entreprise était titanesque.

Georges Wildenstein, le père de Daniel, en 1939

Georges Wildenstein, le père de Daniel, en 1939. Le New York Times

« Dans ma famille, nous avons élevé la discrétion au niveau du mutisme », écrit Daniel dans ses mémoires. « Nous ne parlons pas. Nous ne racontons rien. Nous ne parlons pas les uns des autres ».

Ce code d’omertà est le principe directeur de la dynastie artistique Wildenstein depuis sa fondation il y a cinq générations. Un marchand « n’a pas le droit de parler de son stock », explique Daniel. « Pourquoi ? parce que c’est l’étoffe des rêves. Chaque marchand d’art doit maintenir l’illusion des chefs-d’œuvre qu’il possède ou ne possède pas ». Beaucoup croyaient que son grand-père, le patriarche fondateur Nathan Wildenstein, par exemple, possédait 10 Vermeers ; en réalité, il n’en avait qu’un seul. Personne ne sait aujourd’hui si la famille le possède toujours, et cette question est importante pour l’histoire de l’art. Les experts estiment que Vermeer a réalisé environ trois douzaines de tableaux au cours de sa vie, et que neuf d’entre eux pourraient avoir disparu.

Tailleur alsacien, Nathan n’avait aucune formation artistique lorsque, dans les années 1870, une cliente lui demanda de vendre des œuvres d’art qu’elle possédait. Selon Daniel, il s’est « enfermé au Louvre » pendant dix jours et en est ressorti convaincu. Il vend les œuvres et utilise les 1 000 francs qu’il a gagnés pour acheter deux autres tableaux, des artistes rococo François Boucher et Maurice-Quentin de La Tour, qu’il revend. À l’époque, Nathan pouvait s’offrir des œuvres d’art françaises des XVIIe et XVIIIe siècles parce que personne d’autre n’en voulait, et il a donc accumulé des tableaux démodés, mais beaux à ses yeux. Il commence à s’habiller de gilets brodés et de chapeaux haut-de-forme pour attirer l’attention des collectionneurs et des critiques.

Bientôt, Nathan vend son goût aux Rothschild et aux Rockefeller, en Europe et aux États-Unis. Alors que Nathan préparait son jeune petit-fils à entrer dans l’entreprise familiale, il l’emmena voir un film muet sur un homme qui portait un chapeau dont tout le monde s’était d’abord moqué ; à la fin du film, toute la ville en portait un. Nathan a expliqué à Daniel que c’était là la vocation de leur famille : « Trouver le chapeau du type et le porter avant les autres ». Pour Nathan, ce chapeau était l’art français du 18e siècle : Fragonard, Watteau, David. Ces noms comptent aujourd’hui parmi les plus célèbres de l’histoire de l’art, mais à l’époque, ils étaient synonymes de la Révolution française et des aristocrates qu’elle avait renversés – une période que le public voulait laisser derrière lui, surtout lorsqu’il commençait à embrasser l’ère avant-gardiste de l’impressionnisme.

En 1905, Nathan achète un hôtel particulier dans le centre de Paris pour y installer Wildenstein & Co. Il se lance dans l’art de la Renaissance et l’impressionnisme et, lorsque son fils Georges – le père de Daniel – est en âge de rejoindre l’entreprise, dans le modernisme. Nathan achète un local au bout de la rue pour que Georges et son ami Paul Rosenberg puissent y installer une petite entreprise. Ils cèdent deux étages à Picasso, à qui ils acceptent, en 1918, de verser un salaire généreux en échange de la primeur des œuvres de l’artiste. Georges installe dans son bureau un téléphone rouge avec deux lignes directes : l’une reliée à Rosenberg, l’autre à l’atelier de Picasso.

Daniel Wildenstein et son fils Alec dans leur galerie de sculptures de l'Upper East Side, qui abritait 43 pièces datant de six siècles, en 1965

Daniel Wildenstein et son fils Alec dans leur galerie de sculptures de l’Upper East Side, qui abritait 43 pièces datant de six siècles, en 1965. John Orris/Le New York Times

À la mort de Nathan en 1934, Georges fait entrer la famille dans une ère de prospérité sans précédent en construisant une infrastructure autour de ses marchés d’artistes. Il organise des expositions, édite une revue d’art et publie des catalogues définitifs d’œuvres d’artistes figurant dans son inventaire – Ingres, Fragonard, Chardin (Daniel fera plus tard de même avec Monet, Manet et Gauguin). (Daniel fera plus tard de même avec Monet, Manet et Gauguin.) Les livres sont très respectés et aident à faire connaître les artistes auprès des musées. Ils permettaient également à la famille d’avoir le dernier mot sur les questions d’authentification. Aujourd’hui, quiconque pense posséder un Monet qui ne figure pas dans le livre Wildenstein doit obtenir l’aval d’une organisation à but non lucratif cofondée par Guy. (Lorsque le Wildenstein Institute s’occupait directement des authentifications, il a acquis la réputation d’être peu accommodant).

Mais les instincts impitoyables de Georges ont également contribué à l' »aura sombre », comme l’a dit un marchand, qui allait entourer le nom Wildenstein. Le conservateur personnel d’Hitler a déclaré à un agent des services secrets alliés lors d’un interrogatoire après la guerre que Georges avait fait de bonnes affaires avec les nazis après s’être enfui en Provence, dans la zone non occupée. Une fois sur place, il a aidé les Allemands à localiser d’importantes collections dans la France occupée en échange de la préservation de la sienne. Les bénéfices de sa galerie parisienne nouvellement « aryanisée » auraient été envoyés à New York, où il avait ouvert une succursale. (Le représentant de Guy dément).

Depuis, d’autres dynasties de marchands d’art ont vu le jour sur le modèle de Wildenstein. Elles achètent d’énormes quantités d’œuvres d’art de premier ordre et les stockent pendant des années, jusqu’à ce qu’elles s’accaparent leurs propres niches du marché et contrôlent les prix. Les frères milliardaires Nahmad et leurs fils, basés à Londres, New York et Monaco, auraient acheté plus d’œuvres de Picasso que n’importe quelle autre famille au monde (à l’exception des Picasso) et, pour la plupart, les ont enfermées dans le port franc de Genève pendant des années, le temps qu’elles prennent de la valeur. La famille Mugrabi de marchands-collectionneurs de Pop Art, dirigée par son patriarche, Jose Mugrabi, et ses deux fils, a fait de même avec Andy Warhol, stockant quelque 1 000 œuvres de l’artiste et maintenant les prix à un niveau élevé en enchérissant sur ses œuvres lors des ventes aux enchères, même s’ils n’ont pas l’intention d’acheter. (La famille Mugrabi n’a pas répondu à une demande de commentaire).

Ceux qui se plaignent que le marché de l’art fonctionne aujourd’hui davantage comme le marché boursier rejettent souvent la faute sur ces familles, qui ont fait passer un système de valeurs autrefois fondé sur la connaissance à un système basé sur la loi de la rareté. (« Monet et Picasso sont comme Microsoft et Coca-Cola », a dit un jour David Nahmad). Leur domination découle du fait qu’il s’agit d’entreprises familiales, renforcées par le secret interne, la fierté et l’expérience de toute une vie. Comme l’ont prouvé les Wildenstein, les familles peuvent être structurées comme des entreprises, où le principe de profit régit même les relations et les plans de succession. Les rares personnes qui semblent capables de les défaire sont elles-mêmes. Pour les Wildenstein, le poids de l’héritage familial semble avoir fait craquer les jeunes générations.

Bien que Daniel ait décrit Georges comme un « mauvais père », il a éduqué ses propres enfants de manière tout aussi sévère. Il a appliqué les tactiques commerciales de son père – secret extrême, consolidation de la richesse dans la lignée – comme des lois de la vie familiale. Daniel s’est efforcé d’isoler ses deux enfants, Alec et Guy, à la maison et non mariés, afin de protéger la famille de la publicité et du divorce. Ils vivaient comme à une autre époque – le XVIIIe siècle français – avec un décor floral opulent, de lourdes tentures et des valets de pied qui se tenaient derrière leurs chaises pendant les repas. Enfants, Guy et Alec se rendaient au Lycée français de New York en limousine et n’avaient que rarement l’occasion de jouer. Alec n’a pas le droit de faire du sport ni d’aller à l’université, Guy n’a pas le droit de faire du théâtre et tous deux doivent apprendre le métier de leur père. Daniel était particulièrement strict avec Alec, son fils aîné. Selon un article paru dans Vanity Fair en 1998, il a commencé à emmener Alec dans des maisons closes à l’âge de 15 ans, dans l’espoir qu’il trouve dans les prostituées une alternative satisfaisante à une épouse. Lorsqu’Alec a défié son père et épousé Jocelyne, il l’a fait secrètement à Las Vegas, sans invités. Finalement, les fils, les épouses et les enfants de Daniel ont tous vécu ensemble dans sa maison de New York.

Ceux qui connaissent Daniel ont déclaré qu’il infantilisait et humiliait ses fils et qu’ils ont ensuite traité les femmes de leur vie de la même manière. Selon Sylvia, Guy était jaloux de Daniel et s’en prenait à elle ; Alec reprochait à Jocelyne les gros titres humiliants générés par leur divorce. (Le New York Post l’avait surnommée la « fiancée de Wildenstein » en raison de ses opérations de chirurgie esthétique apparemment nombreuses). Alec, qui portait d’audacieux costumes à rayures, était le frère le plus tapageur ; Guy gardait un profil plus bas mais jouait dans l’équipe de polo des Diables Bleus avec des amis aristocrates, comme le futur roi Charles III, le parrain de son enfant aîné. Des collègues se souviennent que les deux frères s’asseyaient tranquillement dans les réunions. Guy a épousé un mannequin suédois, Kristina Hansson, qui n’est jamais apparue dans un tabloïd. Il s’est d’ailleurs vanté un jour que « presque personne ne sait à quoi ressemble ma femme ». Ainsi, à la mort de Daniel en 2001, Guy était le successeur tout désigné de l’empire artistique familial, tandis qu’Alec reprenait les rênes de l’entreprise hippique.

Guy, qui a aujourd’hui 77 ans, est le patriarche de la famille et le président de Wildenstein & Co. Mais la multiplication des procès et des scandales a commencé à l’affaiblir. Jusqu’à présent, il a évité toute conséquence grave, ce que certains critiques attribuent à des amis bien placés, comme l’ancien président Nicolas Sarkozy, ou à la fortune dont il dispose pour assurer sa défense. Mais maintenant que la famille est en procès, il semble que Guy ait poussé trop loin l’héritage du silence. La politique des Wildenstein, qui consiste à préserver la confidentialité à tout prix, pourrait finalement révéler les secrets de la famille.

En 2009, après une longue série d’échecs, Dumont Beghi a fait une percée. Au fil des ans, elle a envoyé à Liouba Wildenstein, la seconde épouse d’Alec, de nombreuses convocations pour obtenir des informations sur les biens de la famille. Comme on pouvait s’y attendre, elle les a ignorées. Mais après le décès d’Alec à l’âge de 67 ans, en 2008, des suites d’un cancer de la prostate, Liouba, un ancien mannequin russe, s’est retrouvée dans l’embarras. Selon le livre de Serre, Alec doit 12 millions d’euros d’arriérés d’impôts et la succession de son père est toujours en litige avec Sylvia. Guy a proposé à Liouba de lui prêter de l’argent pour l’aider à payer la dette de son frère. Tout ce qu’elle devait faire en échange était de lui donner accès à un fonds fiduciaire qu’Alec avait créé pour elle, soi-disant pour que Guy puisse se rembourser plus tard. Mais une fois le marché conclu, Guy n’a pas versé à Liouba les millions qu’il lui avait promis. Il ne lui a envoyé que de petites sommes sporadiques, insuffisantes pour payer ses impôts ou pour vivre. Liouba s’est retrouvée dans une situation semblable à celle de Sylvia : coupée de sa famille, sans argent et sans recours. (Le représentant de Guy affirme que c’est bien lui qui a accordé le prêt).

C’est alors que le téléphone de Dumont Beghi sonne. Liouba avait finalement décidé de répondre à sa troisième convocation. Elle m’a confié récemment qu’elle n’avait pas d’autre choix que d’agir : « De nombreuses femmes de la famille ont dû se battre pour leurs droits », a-t-elle déclaré. « Les femmes veulent être respectées. Vingt-quatre heures plus tard, un avocat remettait à Dumont Beghi des dizaines de documents que Liouba avait trouvés sur l’ordinateur personnel d’Alec – des contrats et des lettres concernant le vaste réseau de trusts offshore de la famille – qui allaient révéler ce que Dumont Beghi et Sylvia croyaient depuis longtemps sans pouvoir le prouver définitivement.

Alec Wildenstein et sa seconde épouse, Liouba, dans leur château en France en 2004

Alec Wildenstein et sa seconde épouse, Liouba, dans leur château en France en 2004. Simon Roberts

Les documents décrivent la manière dont les Wildenstein ont structuré leur patrimoine et caché leur richesse depuis des générations. Dumont Beghi a appris que le patrimoine de Daniel comprenait plusieurs centaines d’œuvres d’art, dont les 180 Bonnard, des centaines de peintures françaises des XVIe et XVIIe siècles et des dizaines d’œuvres de maîtres anciens comme Caravaggio, Velázquez et Fra Angelico. Il y avait aussi les biens immobiliers : de multiples maisons et bâtiments en France et aux États-Unis, un ranch de 58 000 acres au Kenya et un complexe de 18 acres dans les îles Vierges. Il y avait aussi un jet Gulfstream IV, un yacht et l’écurie de pur-sang, qui était enregistrée auprès de plusieurs intermédiaires en Angleterre et en Irlande. Les œuvres d’art étaient détenues par des sociétés écrans et des trusts dans des paradis fiscaux, dont deux entités inconnues jusqu’alors, aux îles Caïmans et à Guernesey. Il s’agissait de « structures opérationnelles spécialisées dans l’évasion fiscale », a écrit M. Dumont Beghi, qui ont également aidé la famille à protéger ses actifs en cas de divorce. (Le représentant de Guy conteste l’exactitude de cette description de la succession).

Selon Dumont Beghi, deux trusts désignaient Sylvia comme bénéficiaire, ce que Sylvia a déclaré ignorer. Une lettre de l’avocat suisse de Guy et Alec visant à retirer Sylvia de l’un des trusts en tant que bénéficiaire a également été révélée. Les enquêteurs ont également découvert 250 millions de dollars d’œuvres d’art que Daniel avait apparemment fait sortir des États-Unis par avion alors qu’il était dans le coma. (Le représentant de Guy nie la véracité de cette information, qu’il qualifie d' »illogique »).

Dumont Beghi a rapidement commencé à émettre de nouvelles assignations et à lancer un appel à la révision. Mais le temps presse. On avait diagnostiqué chez Sylvia un cancer des ovaires qui se propageait. Elle était également à court de ressources. « Je n’ai plus d’argent », a déclaré Mme Serre. « Cette procédure m’a mise à genoux. Elle a payé plus de 10 millions d’euros en frais de justice au cours des huit dernières années et a dû mettre ses bijoux en gage et compter sur l’aide d’amis fortunés. Lors de sa dernière interview, elle a déclaré à propos de ses beaux-fils : « Ils m’ont volée et maintenant ils attendent que je meure ».

Dumont Beghi poursuit son action, estimant que Sylvia a droit à un règlement de 300 millions de dollars. Elle dépose une nouvelle plainte pénale contre Guy et les héritiers d’Alec – ses deux enfants et Liouba – ainsi que leurs associés, en utilisant les nouvelles informations qu’elle a reçues. À sa grande surprise, le gouvernement réagit cette fois. La police fait une descente au Wildenstein Institute et dans les appartements de la famille, sur ordre du tribunal, afin d’identifier les biens qui auraient pu être cachés à Sylvia. Au sous-sol, les policiers découvrent des coffres remplis de centaines de dessins, de peintures et de sculptures. Certains cadres portaient des inscriptions de croix gammées.

Les agents ont saisi une trentaine d’œuvres perdues de Degas et de Berthe Morisot. Certaines ont été déclarées volées par une famille juive pendant la guerre, d’autres ont été déclarées perdues par des familles qui avaient impliqué Daniel dans la gestion de leurs biens. Guy plaide l’ignorance : Il n’a jamais inspecté cette chambre forte. Et qui pourrait prouver le contraire ? La famille a pris tant de précautions pour protéger son inventaire que personne ne sait ce qu’elle possède vraiment, peut-être même pas elle. (Les Wildenstein ont été mis hors de cause dans l’un des procès pour tableaux perdus ; Guy a déclaré que les Morisot pourraient avoir été placées là à la suite d’un oubli).

L’implication de Dumont Beghi dans l’affaire Wildenstein s’est officiellement terminée le 8 novembre 2010, lorsqu’elle a appelé Sylvia pour la dernière fois afin de lui souhaiter un joyeux 77e anniversaire. Cinq jours plus tard, Sylvia est décédée chez elle à Paris. Elle est enterrée dans la tombe Wildenstein à côté de son mari, mais Guy a fait graver son nom de jeune fille, Roth, sur la pierre tombale en marbre. Sans client, l’affaire Dumont Beghi est définitivement close.

Daniel Wildenstein dans le coffre-fort de sa galerie new-yorkaise en 1969. Le coffre-fort contenait environ 2 000 tableaux, dont des œuvres de Cézanne, Renoir, Monet, Pissaro et Goya. Paul Slade/Paris Match, via Getty Images

Daniel Wildenstein dans le coffre-fort de sa galerie new-yorkaise en 1969. Le coffre-fort contenait environ 2 000 tableaux, dont des œuvres de Cézanne, Renoir, Monet, Pissaro et Goya. Paul Slade/Paris Match, via Getty Images

Mais le procès était loin d’être terminé pour Guy, car l’État a repris le dossier là où Dumont Beghi l’avait laissé. Elle avait cartographié pour le gouvernement le système global par lequel la famille déplaçait de l’argent entre neuf sociétés enregistrées en Irlande, quatre trusts sur trois îles, une poignée de galeries et de sociétés immobilières et des comptes bancaires dans au moins quatre pays, privant peut-être le public français de centaines de millions d’euros. Outre le port franc suisse et le coffre-fort parisien, ils possédaient des œuvres d’art dans un bunker nucléaire dans les Catskills, dans une ancienne caserne de pompiers à New York et dans bien d’autres endroits éloignés. « Il y a des tableaux que je n’ai jamais vus et que mon arrière-grand-père a achetés », a déclaré Alec à Vanity Fair en 1998. Elles se trouvaient, selon lui, « dans des coffres-forts et des endroits bizarres, à l’arrière d’autres choses ».

Au cours de la décennie suivante, l’affaire fiscale Wildenstein a fait son chemin dans les tribunaux français. Dans le même temps, l’indignation de l’opinion publique à l’égard des échappatoires fiscales accordées aux riches s’est accrue et le gouvernement a adopté ce qui est communément appelé la loi Wildenstein afin de réprimer l’évasion fiscale par l’intermédiaire de trusts étrangers. Malgré cela, la famille a obtenu deux acquittements controversés, d’abord en 2017, puis en 2018.

Mais il y a deux ans, le procureur général et l’administration fiscale de la France ont saisi la Cour de cassation de leurs préoccupations concernant la décision d’acquitter les Wildenstein pour fraude fiscale et blanchiment d’argent. Wildenstein de fraude fiscale et de blanchiment d’argent à la Cour de cassation, la plus haute juridiction civile et pénale de France. Le juge principal de l’affaire de 2017 avait déclaré que la famille avait fait preuve d’une « intention claire » de dissimuler sa richesse, mais le tribunal l’avait laissée tranquille car, à l’époque, les trusts étrangers tombaient dans une zone d’ombre juridique. En rouvrant l’affaire, la Cour de cassation a exprimé son désaccord, estimant que le tribunal de première instance avait « méconnu » les faits.

« C’est vraiment inhabituel », déclare Mme Dumont Beghi à propos du nouveau procès qui s’annonce. Elle pense que le chemin de la victoire sera beaucoup plus difficile pour Guy et ses coaccusés cette fois-ci. Les procureurs feront valoir que les Wildenstein étaient en fait tenus de déclarer leurs trusts étrangers au moment du décès de Daniel et, plus tard, d’Alec. Ils affirment également que les fiduciaires ont abusivement reçu des ordres de la famille, en violation des règles des fiducies irrévocables, qui doivent être gérées de manière indépendante.

Les efforts extrêmes déployés par la famille pour dissimuler sa richesse ont conduit les médias français à la surnommer « les impressionnistes de la finance ». Mais en réalité, nombre de leurs pratiques sont courantes dans les hautes sphères du commerce de l’art, qu’une sous-commission du Sénat américain a qualifié en 2020 de « plus grand marché légal non réglementé ». Contrairement aux institutions financières, les entreprises d’art ne sont pas expressément soumises à la loi sur le secret bancaire (Bank Secrecy Act), qui oblige les entreprises à vérifier l’identité de leurs clients, à signaler les transactions importantes en espèces et à repérer les activités suspectes. L’année dernière, une étude du département du Trésor américain a estimé que le blanchiment d’argent et d’autres délits financiers sur le marché de l’art pourraient représenter environ 3 milliards de dollars par an. (La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont toutefois mis en place des réglementations anti-blanchiment d’argent qui exigent une diligence plus stricte dans les transactions d’œuvres d’art).

Selon un rapport d’Art Basel et d’UBS, les maisons de vente aux enchères ont réalisé un chiffre d’affaires d’environ 31 milliards de dollars l’année dernière. Elles affirment connaître l’identité de leurs clients, mais il ne s’agit peut-être que des noms de conseillers en art ou d’autres intermédiaires. L’insistance des collectionneurs sur l’anonymat, longtemps considéré comme une discrétion de bon aloi, n’a pas changé. L’acheteur de l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères, le « Salvator Mundi » de Léonard de Vinci, d’une valeur de 450,3 millions de dollars, s’est inscrit chez Christie’s un jour avant l’enchère avec un acompte de 100 millions de dollars, en se présentant comme l’un des 5 000 princes d’Arabie saoudite. Quelques semaines plus tard, il a été révélé que le véritable acheteur était le prince héritier Mohammed bin Salman – qui aurait exposé le tableau sur son superyacht – et qu’un de ses cousins peu connu l’avait acheté par procuration. Christie’s l’a présenté comme le « dernier tableau de Léonard de Vinci en mains privées », mais ce n’est que le « dernier » Léonard jusqu’à ce que quelqu’un en révèle un autre, comme la Madone et l’enfant que les Wildenstein ont vendue en 1999 à un collectionneur anonyme, qui la posséderait toujours.

«Je vois la fin de cet empire», déclare l'expert en maîtres anciens Eric Turquin. Illustration photo par Joan Wong

«Je vois la fin de cet empire», déclare l’expert en maîtres anciens Eric Turquin. « L’organisation est trop lourde pour un marché qui s’est rétréci. » Illustration photo par Joan Wong

Pour une entreprise qui effectue régulièrement des transactions dans des juridictions secrètes, littéralement dans l’obscurité et la clandestinité, la rareté peut être fabriquée, et la valeur est dictée par ce que quelqu’un est prêt à payer. « La vie privée d’un client devrait être la première préoccupation d’un marchand d’art », écrit Daniel, qui parle d’une question de « respect ». Mais le secret est aussi un avantage concurrentiel essentiel dans une profession qui repose sur la connaissance des initiés – un modèle sur lequel les Wildenstein eux-mêmes s’appuyaient. La galerie tenait un répertoire légendairement détaillé de l’emplacement de chaque tableau convoité dans le monde, grâce à des renseignements parfois recueillis en espionnant les marchands rivaux – et même, selon un concurrent, en mettant des téléphones sur écoute. Ce système de connaissances ultra-insulaires et de rareté extrême explique pourquoi, aujourd’hui, les marchands qui ont acheté le « Salvator Mundi » pour 1 175 dollars dans une salle des ventes de la Nouvelle-Orléans ont pu le revendre pour un montant réputé de 80 millions de dollars, puis, en l’espace de cinq ans, le voir s’échanger pour 127,5 millions de dollars avec le collectionneur qui l’a finalement vendu aux Saoudiens pour la somme record de 450 millions de dollars.

Des dynasties plus jeunes, comme les Mugrabi et les Nahmad, ont également été accusées de dissimuler stratégiquement la propriété de leurs biens pour les protéger d’un divorce ou d’autres actions en justice. Lorsqu’un Français a accusé les Nahmad de posséder un tableau de Modigliani, dont la valeur a été estimée à 25 millions de dollars, que les nazis avaient volé à son grand-père, ils ont déclaré que le tableau appartenait à une société appelée International Art Center. Quelques années plus tard, les Panama Papers ont révélé que David Nahmad est propriétaire de l’International Art Center, une société holding dont les actifs sont stockés à Genève. (Un représentant de la Collection Nahmad a déclaré que l’affaire n’était « pas fondée »).

« Nombre de ces familles très riches agissent en quelque sorte comme des cartels », déclare Christopher A. Marinello, avocat spécialisé dans la récupération d’œuvres d’art perdues. « Nous sommes encore confrontés à des cas d’art nazi volé parce que le marché de l’art espérait qu’ils survivraient aux héritiers. Selon lui, les Wildenstein ont eux aussi eu affaire à des tableaux « problématiques », bien qu’ils n’en aient aucun en leur possession pour l’instant. Chaque fois qu’il demande à la famille des informations susceptibles de l’aider dans sa recherche de tableaux volés, elle met beaucoup de temps à répondre, dit-il, et se montre réticente à fournir des informations. « Ils se contentent de regarder ailleurs », dit-il. « Ils ne veulent pas lever le petit doigt et faire quoi que ce soit.

J’ai rencontré Dumont Beghi une nouvelle fois à New York, où elle était venue visiter des galeries avec son fils, artiste et designer. À une table venteuse à l’extérieur du restaurant Harry Cipriani’s dans l’Upper West Side, elle m’a dit qu’elle avait l’intention d’assister à tous les jours du procès Wildenstein cet automne. Il marquera enfin la fin de l’affaire déterminante de sa carrière. « C’est ma vie professionnelle, c’est ma vie personnelle », a-t-elle déclaré. « Je commence quelque chose, je le termine. Je vais y aller tous les jours. Je veux aller jusqu’au bout.

Sa longue implication dans l’affaire lui a également valu des ennuis judiciaires. Guy Wildenstein l’a poursuivie en justice pour diffamation en 2016. Quelques années plus tard, elle a été condamnée pour fraude fiscale et blanchiment d’argent pour avoir déposé 5,1 millions de dollars reçus de Sylvia sur un compte HSBC non divulgué à New York. Elle est actuellement en appel partiel et a laissé entendre que les 5,1 millions de dollars étaient un « cadeau coutumier ». (Guy a abandonné les poursuites pour diffamation il y a deux ans).

En 2012, Dumont Beghi a publié un livre sur les sept années qu’elle a passées sur l’affaire, « L’Affaire Wildenstein ». Dans les premières lignes, elle décrit l’affaire comme « l’histoire de deux femmes seules face à l’establishment », dirigé par des hommes privilégiés et puissants comme les Wildenstein – « un univers où les femmes sont omises ». Certains se sont demandé si Mme Dumont Beghi représentait vraiment les intérêts de sa cliente en menant cette bataille coûteuse qui a duré des années. Mais quelles que soient ses motivations, il est évident que cette saga est devenue personnelle pour elle. Ses yeux se sont mis à briller lorsqu’elle a évoqué la mort de Sylvia. « Elle voulait que le monde sache qu’en tant que femme, elle voulait être respectée. Elle a décrit la fraude fiscale comme un crime qui prive les femmes de manière disproportionnée. C’est pour cela qu’elle et Sylvia se battaient. « Il est peut-être difficile de comprendre la profondeur de notre relation », m’a-t-elle dit.

Avec une guillotine potentielle d’un milliard de dollars au-dessus de son cou, la maison Wildenstein est dans une situation périlleuse sans précédent. Avant même ces derniers ennuis judiciaires, son influence s’est affaiblie pendant des années, à mesure que le marché de l’art historique qu’elle vend diminuait, et les musées sont aujourd’hui bien remplis. Lorsque Daniel a atteint sa huitième décennie, il a commencé à se réveiller le matin en se demandant : « Combien de temps allons-nous durer ? » La profession que sa famille a dominée pendant la majeure partie du XXe siècle a été supplantée par une nouvelle garde de marchands d’art contemporain qui vendent des objets de prestige aux millionnaires de Wall Street. Ces collectionneurs ne s’intéressaient pas à l’art rococo ou néoclassique ; ils dépensaient des millions pour des stars vivantes comme Damien Hirst, dont le marché est dominé par le magnat de la publicité Charles Saatchi depuis qu’il a acheté de grandes quantités d’œuvres de jeunesse de l’artiste. Daniel a tenté de participer à cette frénésie en créant une joint-venture avec la Pace Gallery en 1993. Mais ses clients contemporains ne se convertissaient généralement pas à l’impressionnisme ou aux collectionneurs de maîtres anciens, et vice versa. « C’était une erreur », m’a dit le fondateur de Pace, Arne Glimcher. « Je pense que nous l’avons fait parce que nous étions tellement flattés. Pace a racheté ses actions et son stock à Guy en 2011.

Aujourd’hui, la famille semble vouloir liquider certains actifs. En 2020, Guy et son épouse ont mis en vente pour 20 millions de dollars leur propriété Tudor à Millbrook, dans l’État de New York, qu’ils ont rénovée pour un montant estimé à 50 millions de dollars. À peu près au même moment, leur fils David et son épouse, l’héritière de la joaillerie Lucrezia Buccellati Wildenstein, ont mis en vente leur propriété équestre du Connecticut pour 6,9 millions de dollars. La propriété des îles Vierges est également en vente, pour 48 millions de dollars. En 2016, alors qu’il faisait face à son premier procès fiscal à Paris, Guy a mis en vente sa maison de ville de Sutton Square à Manhattan – Corcoran a flouté les peintures sur les murs, naturellement – pour près de 40 millions de dollars, pour finalement la proposer à perte en mars pour 29,5 millions de dollars. « Je vois la fin de cet empire », déclare Eric Turquin, expert en maîtres anciens. « L’organisation est trop lourde pour un marché qui s’est rétréci. Le marché est le dixième de ce qu’il était pour l’art français du XVIIIe siècle. »

Certains connaisseurs du marché ont remarqué que la famille semble vendre davantage d’œuvres d’art ces derniers temps. Bien que les tableaux soient souvent vendus aux enchères de manière anonyme, l’historique des provenances peut révéler des informations sur les propriétaires. Depuis deux ans environ, « ils ont vendu beaucoup de tableaux aux enchères, chez Christie’s, sans le faire sous leur propre nom », explique Robert Simon, l’un des marchands de tableaux anciens qui a redécouvert le « Salvator Mundi ». « Mais lorsqu’ils sont catalogués, on peut voir qu’ils ont été montrés par Wildenstein lors d’expositions précédentes ou qu’ils ont été acquis ici et là ». Il ajoute : « Ils se sont également débarrassés de leur personnel. » La liquidation massive des actifs suggère que la famille pourrait anticiper une dépense importante, comme une facture fiscale en souffrance.

En 1932, Georges Wildenstein a engagé l’architecte mondain Horace Trumbauer pour concevoir la majestueuse galerie en pierre calcaire de la famille sur la 64e rue Est, avec des sols en marbre, des boiseries dorées et des voûtes en plomb. « C’était la galerie la plus grandiose de New York », déclare Simon, qui se souvient des lourdes tentures que les Wildenstein tiraient pour dévoiler des tableaux à leurs clients. C’est là qu’ils ont vendu l’une des Madones les plus précieuses de Raphaël, le paysage urbain emblématique de Caillebotte « Rue de Paris, jour de pluie » et la plus grande et la plus lyrique des « Baigneuses » de Cézanne.

Le fils de Guy, David, qui est vice-président de Wildenstein & Co, a décrit le bâtiment comme « l’âme de cette entreprise et l’âme de cette famille ». Pourtant, il a aidé à le vendre en 2017 pour 79,8 millions de dollars, le prix le plus élevé jamais payé pour une maison de ville à New York. La galerie d’art contemporain LGDR a depuis pris possession de l’espace, tandis que Wildenstein & Co. a déménagé dans un immeuble commercial de 15 étages à Midtown, ouvert uniquement sur rendez-vous. « C’est comme un bureau », m’a dit un marchand. « Un petit bureau.

Source: New York Times
Auteurs: Rachel Corbett

Rachel Corbett est journaliste à New York et auteur de « You Must Change Your Life : L’histoire de Rainer Maria Rilke et d’Auguste Rodin ». Son prochain livre, sur le profilage criminel, est à paraître chez W.W. Norton.

CONTACT

Merci de nous laisser vos coordonnées.
Nous allons rapidement vous répondre.